Portail des oblats et oblates bénédictins

Portail des oblats et oblates bénédictins
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
>>> Pour accéder aux documents en téléchargement libre depuis ce site, vous devez être enregistré comme membre du forum <<<

Partagez | 
 

 Site WEB de l'Oblature internationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Desiderius
Admin


Masculin Messages : 526
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Site WEB de l'Oblature internationale   Mar 16 Aoû - 18:50

Ce site est celui des organisateurs des congrès mondiaux.
http://www.benedictine-oblates.org

Description de l'oblature (traduction de l'italien)
http://www.benedictine-oblates.org/oblati-fr.php

"L’oblat bénédictin séculier – ainsi le définit l’art.2 du statut des oblats bénédictins séculiers italiens, approuvé définitivement pendant l’année 2000 – est le chrétien, homme ou femme, laïc ou clerc qui, vivant dans sa propre ambiance familiale et sociale, reconnaît et accueille le don de Dieu et son appel à le servir, d’après les potentialités et les exigences de la consécration baptismale et de son propre statut; il s’offre à Dieu par oblation, en conformant son propre cheminement de foi aux valeurs de la Sainte Règle et de la Tradition spirituelle monastique.»

Oblatus, participe passé du verbe latin offerre, indique l’action d’être offert, et, dans la R.B. 59, est décrite la procédure d’oblation des fils des nobles, qui, posa la main de son fils sur la nappe de l’Autel, le donnait pour toujours au Seigneur dans le monastère au sein duquel était adressée la pétition écrite.

Nous avons les témoignages d’une telle pratique dans le II° livre des Dialogue de St. Grégoire le Grand, là où sont cités les cas des fils offerts par des patriciens romains au Mont Cassin pour être éduquer au service de Dieu.

Depuis lors, longtemps avant que se termine le temps d’exercer le pouvoir de la patrie en imposant le choix de vie à leur fils, les oblats furent aussi des adultes qui s’offraient personnellement à un monastère. Certains offraient leur activité en préférant l’ambiance monastique plutôt qu’aux autres ambiances pour échapper aux tourments des puissants seigneurs. Les autres s’affiliaient à un monastère pro remedio animae en s’assurant de la prière des moines pour la conversion de leur conduite et pour le salut de l’âme et souvent en demandant d’être enterré dans un cimetière monastique.

L’histoire raconte, au cours des siècles, les façons variées de se fier spirituellement à une communauté monastique, soit en vivant à l’intérieur de ses murs et en portant un habit spécial ou en fréquentant le monastère dans la prière ou le travail. Quelques figures furent prises comme modèles. Signalons deux femmes: St. Françoise Romana (1384-1440), patronne des oblats, et Elena Lucrezia Cornaro Piscopia (1645-1684), la première femme lauréate au monde.

Françoise, oblat du monastère olivetano di S. Maria Nuova à Rome, elle a dédié toute sa vie pour la paix de sa cité et à l’unité de l’Eglise; Elle s’est intéressée aux pauvres, aux malades, aux mourants, à la réconciliation entre les adversaires. Mariée, mère, veuve, membre par excellence de communauté, elle fut toujours animée de la prière et de l’exercice de l’obéissance.

Elena Lucrezia Cornaro Piscopia fut proclamée magistra et doctrix en philosophie en 1678. Formée sur les classiques, critique par rapport à l’aristotélisme traditionnel et intéressée par l’expérience naturelle, concrète et décidée même dans ces choix politiques, elle fut pieusement oblat, en s’adonnant à l’étude dans la pratique de la charité, dans la prière simple et dans la participation à la liturgie monastique, d’abord à Saint Gorges de Venise, où elle signa son oblation, puis à l’Abbaye de Sainte Justine à Padoue, où elle est enterrée.

Depuis le temps de Saint Benoît jusqu’aujourd’hui, la R. B. est la guide de l’oblat, le point de référence constant au cours du quel il se sent appelé à vivre de façon consciente et radicale l’incorporation au corps du Christ, au cours du quel il est greffé avec le Baptême, en se liant à une communauté monastique bénédictine.

Etablissant un lien étroitement personnel avec le monastère; une famille dans laquelle il se sent appeler à être membre, l’Oblat écoute (première parole de la R.B) et ob-audisce, plie l’oreille de son cœur et, en luttant contre toute inertie de l’esprit, il se met à marcher…

Sa vie se caractérise par une constante recherche de la volonté de Dieu et des merveilles que Dieu accomplit au milieu de son peuple, de découvrir comment Dieu se révèle dans diverses modalités, surtout à travers le texte sacre: La Parole de Dieu avec laquelle se nourrit l’oblat dans l’accomplissement quotidien de la lectio divina, à la nature, aux événements quotidiens, aux instruments de travail, aux personnes: moines et oblats qui lui sont offert comme frères et sœurs. Il se caractérise par une vie en présence de Dieu en lui offrant, en communion avec son monastère, une louange qui est aussi la louange de l’Eglise, action de grâce au Père en Jésus Christ, une action concordante de l’esprit et de la voix (cf. R.B. 19,7)

L’oblat vit de son travail (cf. R.B. 48,8) et il est conscient de rendre ainsi un service aux hommes ses frères, et de collaborer activement à l’achèvement de la création divine (cf. GS. 67)

Le Concile Vatican II a exhorté les laïcs pour qu’ «ils apprennent à s'offrir eux-mêmes et, de jour en jour, soient consommés, par la médiation du Christ, dans l'unité avec Dieu et entre eux pour que, finalement Dieu soit en tous.» (Sc. 48)

Ceci est le programme de vie des oblats, appelé, comme les moines et avec les moines à l’unité (monos), à la simplicité et à l’unification de soi dans l’interminable parcours de la connaissance de soi, à la continuelle réconciliation avec Dieu et avec les frères, à récupérer et garder l’harmonie du cosmos, à œuvrer pour la paix; le tout perducatum Evangelii (R.B. prol., 21), jusqu’à réaliser le «Ne rien préférer à l'amour du Christ» (R.B. 4, 21; cfr. R.B. 72,11), c’est-à-dire l’affirmation de Paul «ce n'est plus moi qui vis, mais le Christ qui vit en moi. » (Gal 2,20).

C’est pourquoi le statut déjà cité, précise à l’art. 3 : «L’oblat s’applique à une forme de vie qui soit progressive conformation au Christ, l’unique but de son oblation et de la spiritualité bénédictine, que avec sa vie doit irradier dans le monde, en devenant témoin de la totale vitalité de la vie monastique dans l’expérience chrétienne».

Alors que croit le lien de fraternité authentique entre les oblats d’un même monastère, avec l’estime, le respect, le partage de la parole écoutée et célébrée, la réflexion priante, comme il convient aux personnes réunit au nom du Seigneur, les relations mutuelles entre les groupes des oblats les aident à vivre la dilatation du cœur (cfr. R.B. prol. 49), et ainsi l’accueil des nouveaux membres, des nouvelles situations, des nouveaux visiteurs, à travers lesquels l’on accueille l’ultime Nouveauté qui est Christ.

Pour l’accroissement des rapports entre divers groupes des oblats il a été institué en Italie, les organismes de communication entre lesquelles ceux qui jouent le rôle plus important sont les coordinateurs des groupes qui se réunissent, en section ordinaire tous les trois ans, sous la convocation et la présidence du coordinateur nationale ; et le conseil directif national qui se réunit au moins deux fois par ans sous la convocation du coordinateur national, ce dernier est composé de neuf oblats élus par l’assemblée représentant les trois zones géographiques: Nord, Centre et Sud d’Italie, à part l’assistant national et deux vice-assistants désignés par les organisations intermonastérielles bénédictines nationales.

Etant profondément convaincus de l’importance du monachisme, les oblats s’engagent à conserver et à transmettre le charisme bénédictin, en l’interprétant avec une fidélité créative, en signalant des nouveaux parcours et en n’assumant la pleine responsabilité, pour que les modalités diverses d’actualisation du charisme, selon les états de vie, ne le [le charisme] minimisent pas mais au contraire peuvent le pousser à une grande fécondité et toutefois s’unissent profondément dans le mystère de communion de l’Eglise et se coordonnent dynamiquement dans l’unique mission, pour l’universelle vocation à la sainteté et vers la plénitude de l’amour.

L’oblation est un acte liturgico-spirituel reconnu par l’Eglise (voir statut art. 3) résultat d’un stage de formation, qui se prolonge pendant un période variable, selon le jugement de l’Abbé et de la communauté, avec laquelle l’aspirant entre en relation. Il se concrétise, sous la guide de l’Abbé ou d’un assistant délégué par l’Abbé, dans le cheminement personnel de conversion proposé dans la R.B., par la participation à la prière et au travail monastique, de façon différenciée d’un monastère à un autre, dans le dialogue, parfois dans une confrontation enrichissante.

Grandissant dans la foi et avec la pratique des bonnes œuvres (cfr. R.B. prol., 21), les oblats s’engagent à rendre visible le Christ Seigneur de l’histoire.

Ils portent par conséquent au monde d’aujourd’hui, (un monde qui se présente comme fragmenté, dissonant, banalisant et pressé, réduit au consommisme, à la recherche d’une évasion, un monde au sein du quel les racines familiales et sociales semblent se dissoudre) ils regardent donc ce monde avec un regard pascal, étant sûr et certain que «tout concours au bien de ceux qui aiment Dieu» (Rom. 8,28)

Dans l’espace-temps au sein du quel Dieu nous a placé au monde, nous devons tous apprendre à découvrir les germes spirituels, la potentialité infinie, naturelle de grâce, cachée dans notre l’aujourd’hui, de ce qui nous entoure, du cosmos, sans jamais nous éloigner de la tension vers celui en qui «nous avons la vie, le mouvement et l'être» (Ac. 17,28)

Dans cette perspective, les oblats italiens regardent le présent et le futur, chacun en s’engageant chaque jour pour la promotion des valeurs du Règne, à créer les conditions humaines pour la paix, la justice, la liberté, la solidarité, le dialogue, en travaillant comme le levain dans la patte, avec compétence et responsabilité, et ensemble avec miséricorde et compassion.

La charité parfaite a son début – nous enseigne notre S.P. Benoît – dans l’acceptation de l’un l’autre des infirmités physiques et spirituelles (cf. R.B. 72,5)

La discrétion, vertu bénédictine, qui englobe en soi bon sens et équilibre, humilité et simplicité de cœur, sera à la source de l’évangélisation de notre monde.

La nostalgie de l’unité, de l’harmonie avec soi, avec Dieu, avec les frères et avec la nature, est dans le profond du cœur de chaque homme et attende la force qui la tire en dehors et la dirige vers son achèvement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Site WEB de l'Oblature internationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Portail des oblats et oblates bénédictins :: Le portail des oblats et oblates bénédictins :: La famille bénédictine-
Sauter vers: